Shakira en panne d’inspiration pour le mondial

19 05 2010

Alors que la coupe du monde approche à grand pas, un petit scandale fait surface. Shakira, la chanteuse colombienne, choisie pour interpréter l’hymne du mondial en Afrique du Sud aurait plagié le groupe camerounais Zangalewa. Son nouveau titre, Waka Waka, Time for Africa, sorti ce mois-ci porte le même que la chanson des chanteurs de la garde présidentielle dans les années 1980. Très enthousiasmée par le projet, Shakira avait déjà chanté lors de la cérémonie de clôture de la coupe du monde 2006, elle semble manquer d’inspiration. Le choix de l’artiste pour interpréter la chanson officielle de la coupe du monde avait déjà été critiqué dans le continent africain. De nombreux africains auraient préféré un chanteur ou chanteuse local-e. Après cette accusation, Shakira fait encore plus mauvaise impression.

En écoutant les deux chansons, je ne peux que constater qu’elles se ressemblent étrangement : même titre, même rythme, et des paroles plus que similaires. Pourtant le scandale semble s’étouffer de lui même, puisque le groupe Zangalewa a décidé récemment de ne plus porter plainte. Finalement la chanson n’est pas un plagiat mais une adaptation… Ca change tout. Et oui, ça change tout parce que le groupe a trouvé un accord financier avec Sony et les producteurs de Shakira.

Je profite de ce mini scandale pour élaborer quelques remarques au sujet de la carrière de la   chanteuse et de l’évolution de son style musical. J’ai toujours été une grande fan de Shakira, sans doute à cause de mes origines. Elle a commencé sa carrière vers les 13 ans et rencontre le succès à 18 ans avec son album Pies descalzos (Pieds nus) suivi par ¿Donde están los ladrons? (où sont passés les voleurs?). De nombreux fans s’accordent à dire que ce sont ces meilleurs albums. Ses chansons sont originales et catchy. Les paroles sont drôles et pleines de sous entendus. Je me rappelle qu’une amie parlant espagnol mais n’étant pas hispanophone à la base trouvait ses chansons assez superficielles. Elle ne comprenait pas tous les jeux de mots cachés dans ses chansons. Non seulement sa musique est originale mais son style aussi, un coup elle noircit ses cheveux, un autre elle les porte rouges.

En 2001, elle sort son album Laundry Service. C’est le premier à être édité en espagnol et en anglais. Elle commence à interpréter ses chansons dans les deux langues. Déjà très populaire dans l’Amérique latine, elle agrandi son marché. Super coup marketing. Ses chansons sont sympathiques et drôles, idéales pour danser et souvent assez commerciales. Cela coïncide aussi avec un changement de look, elle devient blonde et devient plus fashion. J’aime encore. Parallèlement, elle met plus en avant ses talents pour la danse dans ses clips vidéos et dans ses représentations. Arrive ensuite l’album Fijación Oral (1er volume en espagnol)/ Oral fixation(2ème volume en anglais), où on perçoit un peu moins que l’anglais n’est pas sa langue maternelle. Quelques chansons sont intéressantes notamment La tortura avec Alejandro Sanz et Hips don’t lie avec Wyclef Jean.

Enfin, cette année débarque l’album She Wolf , qui est d’après moi un échec total. Elle y interprète des chansons très commerciales qui se veulent d’un nouveau genre. Elle exagère aussi ses performances de danseuse dans ses clips, transformant son sexy caractéristique en vulgarité. Les clips ne racontent plus d’histoires comme avant mais deviennent des odes à son déhanchement. Avec la chanson officielle de la coupe du monde, j’en viens à me demander si Shakira n’aurait pas perdu ou égaré pour un moment son talent et son inspiration.

sources : voici

Publicités




Une lyonnaise sur le toit d’un métro

18 05 2010

Des caméras de surveillance dans le métro lyonnais et des témoignages nous en apprennent un peu plus sur le drôle d’incident survenu ce weekend. Dans la nuit de samedi à dimanche, Marine, 19 ans, est découverte par des passagers sur le toit de la rame du métro, ligne D. Elle est grièvement blessée à la tête et a un doigt cassé. L’enquête en cours, étayée d’images, met en avant que la jeune femme aurait délibérément sauté sur le toit du wagon de métro. D’après sa version des faits, elle voulait juste rejoindre des connaissances. Pour aller plus vite, elle aurait voulu éviter les escaliers descendant vers le quai, en s’élançant directement sur le quai. Des témoins racontent qu’elle était sous l’emprise de l’alcool. Loin d’être nerveuse ou apeurée, il semblerait que la jeune se divertissait en saluant les passagers.  Ce n’est que lorsqu’une caméra de surveillance frappe sa tête, que les passagers donnent l’alerte. Source : le point.fr





YouTube fête ses 5 ans

18 05 2010

Hier dans la journée, un petit 5 avec une bougie apparaît sur le logo de YouTube. Le site célèbre sa 5ème année d’existence. Ca fait 5 ans que  les internautes s’y baladent pour regarder des vidéos de tout et de rien. C’est le google des vidéos, tu cherches une chanson, un passage d’un film, une vidéo drôle, une pub, etc., tu trouves et bien sûr tu peux aussi tomber sur des vidéos vraiment inutiles.  Ce sont les joies d’internet. Pour fêter l’occasion, le site a créé une chaîne : YouTube FIVE YEAR.

Sur cette chaîne, on peut suivre l’histoire du site et des utilisateurs témoignent de leur expérience avec YouTube et comment il les a aidé dans leur vie de tous les jours.

Créé par trois anciens employés de PayPal (service de paiement pour internet), YouTube est né en 2005. Activé le 14 février, il a été lancé au mois de mai. Il s’agit d’un site internet basé sur le partage de vidéos. Des utilisateurs  y téléchargent des vidéos. Pas besoin d’avoir un compte YouTube pour les visionner. La plupart des utilisateurs sont des particuliers qui postent des clips musicaux, de films, des créations musicales ou cinématographiques. On peut y découvrir à côté de nombreux films, des courts métrages que l’on ne verrait pas sur un autre support. Il existe aussi un nouveau phénomène les vidéoblogs. Ils fonctionnent comme des blogs en passant par l’images. Des utilisateurs fabriquent leur propre programme, des émissions où ils revisitent l’actualité, font part de leur opinions sur de nombreux sujets, proposent des cours de danses ou de cuisines. Certains médias ont signé des accords avec le site et possèdent leurs propres chaînes comme BBC ou CBS.

YouTube est un outil  de communication puissant. Si puissant que certains pays ont à un moment donné bloquer son accès comme l’Iran en 2008 ou la République de la Chine en 2009. C’est aussi un outil pour de nombreux artistes pour sortir de l’anonymat.

A l’occasion des 5 ans du site, la chaîne YouTube FIVE YEAR présentent des utilisateurs ayant rencontré  beaucoup de succès. On y découvre Peter Oakley, un homme âgé expert en nouvelles technologies qui s’est trouvé une nouvelle communauté. Junji Joyama, un japonais  fait connaître sur sa chaîne son talent de faiseur d’instruments musicaux avec des légumes. Mehdi Saharkhiz explique l’importance du site pour lui car il permet à la diaspora iranienne de faire circuler des images censurées. D’autres vidéos montrent des artistes méconnus devenus célèbres. Beaucoup de ces vidéos sont faites à la sauce américaine où YouTube est présenté comme le héros qui sauve tout le monde de l’isolement, de la pauvreté, de la tyrannie. Mais c’est sympathique à regarder. Et si vôtre vie a été bouleversée par YouTube vous avez la possibilité d’envoyer votre histoire.

Ce succès de YouTube permet aussi de revoir les gros hits du site, les vidéos qui font le tour de la planète et qui sont entrées dans notre culture générale. Voici ma liste. Rajoutez les vôtres.

Chinese Backstreet Boys : le fameux duo de chinois qui chantent en playback les Backstreet Boys et d’autres artistes
Numa Numa : Le Bulgare qui fait le playback devant son ordi de la super chanson Dragostea din dei
La petite fille et star wars : une gamine de 3 ans nous résume les épisodes
le chat debout: un chat qui se tient debout pendant presque une minute
les danses de mariage: une des centaines de vidéos de mariage où les mariés dansent et surprennent leur invités
la reprise de We are the world : des artistes de YouTube reprennent l’emblématique chanson pour le séisme de Haïti
I got a feeling BYP: le super concert et la danse semi improvisée de l’audience pour Oprah
Thriller : reprise de la chorégraphie de thriller par des prisonniers philippins.
YouTube Symphony Orchestra





Les castors toujours aussi écolos

17 05 2010

Ce matin je lis une info sur internet qui me fait sourire. Vous souvenez des castors ingénieurs au Canada construisant un méga barrage, et bien un nouveau castor fait parler de lui. A Dresde, en Allemagne, un castor s’est installé sur le site de construction d’un nouveau pont. Espèce protégé en Allemagne, il ne peut pas être délocalisé pour l’instant car il est en période de reproduction. Pas de chance…


Sa présence sur le site empêche les travaux d’avancer, ce qui fait le bonheur de nombreux défenseurs de l’environnement.
En effet, ce nouveau pont routier a été très critiqué pour la pollution que ses travaux et sa mise en place vont engendrer. Le choix de son site a été l’0bjet d’une longue polémique qui a finalement abouti par le retrait de la ville de Dresde de la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Comme je l’avais présenté dans mon premier post, les castors sont des animaux très écolos. Leurs barrages servent de stockage de carbone. Peut-être que Monsieur Castor a voulu manifester à la manière de Green Peace sa réprobation du projet. Ou peut qu’il n’a pas trouvé d’autre endroit où se poser… Néanmoins, cet acte témoigne de l’importance du site. Sa préservation est importante. Les travaux avaient déjà été ralentis après la découverte d’espèces rares de chauve-souris et de papillon.
Les castors continuent à nous montrer l’exemple.

source : libération.fr





GZAH, enfants d’Haïti en Suisse

16 05 2010

« Piti, piti, wazo fe nich li »(proverbe haïtien), petit à petit l’oiseau fait son lit peut-on lire sur la page du Groupe des Amis d’Haïti (Gzah). Née en 2004, Gzah est une association touchante et pleine de vie. Fondée par des enfants haïtiens adoptés en Suisse, elle réunit aujourd’hui 12 membres. Leur but venir en aide aux habitants de Haïti et plus particulièrement aux enfants.

Ces jeunes, je les connais bien puisque Malik Matthey, mon colocataire, fait partie du comité de l’association. Malik me raconte comment tout a commencé. Adopté par une famille suisse à travers l’association Arc-en-ciel, il a rencontré les autres membres lors de journées annuelles d’Haïti. Ils sont devenus assez proches même s’ils viennent d’horizons différents. Malik étudie à l’EPFL, Thierry est dans le social, Manuchka travaille dans une banque, etc.  Malik est d’ailleurs parti avec certains d’entre eux découvrir le pays de ses origines. Touchés par la situation de certaines familles, ils ont décidé de créer cette association pour développer des projets d’aide dans le pays.

Leur principal projet est la construction d’une école à HincheL’éducation y est un enjeu majeur. A Haïti, l’école est obligatoire mais pas toujours gratuite. Il s’agit malheureusement d’un pays pauvre et ceux qui en souffrent le plus sont les enfants. C’est pourquoi depuis la Suisse, Gzah récolte des fonds pour financer la construction d’une école dans cette région. A Noël, l’association participe au marché de Noël solidaire à Lausanne (où se réunissent de nombreuses associations) et y vend des produits haïtiens. Manuchka, trésorière de Gzah explique : « Noël c’est une période importante pour nous, les gens sont plus généreux. Le plus gros de nos entrées d’argent se fait entre octobre et décembre. Cette année on a pu récolté plus de 1100.- en trois jours ». A côté du marché, Gzah organise des repas de soutiens en fin d’année. Le reste du temps, les membres préparent des conférences où ils présentent le pays et leur projet. Ils coordonnent aussi la journée annuelle d’Haïti. Il arrive que certaines de leurs réunions se déroulent à l’appartement. J’ai donc l’opportunité de les écouter raconter leurs voyages en Haïti et comment évolue l’école.
Le tremblement de terre de janvier les a tous énormément affecté. Ils se sont beaucoup mobilisés et ont préparé des récoltes de fonds pour Haïti. Malik m’explique qu’ils ont eu de la chance que l’école ne soit pas encore construite, seulement les fondations, sinon tout leur travail aurait été perdu et les enfants encore plus désemparés. Afin de mieux coordonner le soutien pour Haïti, Malik a du passé de nombreux coups de fils, envoyer des sms. Je me rappelle encore que lorsqu’il a reçu sa facture de téléphone en février il a souri. Tous ses appels et ses messages en direction de Haïti avait été payés par la compagnie de téléphone.





Un mort à Nantes : mauvaise pub pour Facebook

16 05 2010

A la suite d’un incident impliquant la mort d’une personne, une nouvelle polémique s’anime autour du réseau social Facebook.
Les faits : Nantes.  Dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 mai, un jeune de 21 ans, tombe d’un pont et chute de 5 m la tête la première. Venu assister à un apéro géant dans le centre de Nantes, il avait 2,40 gr d’alcool dans le sang.
Ce grand rassemblement est le fruit d’un évent sur Facebook. L’idée : créer un évent ( application sur Facebook)proposant une date, une heure et un lieu pour boire tous ensemble. N’importe qui peut y assister. Très à la mode, ce type de rassemblements réunis souvent des milliers de personnes. Celui de Nantes a concentré plus de 9’000 personnes.

Après l’incident, 41 personnes ont été placées en garde à vue pour trafic de drogues, dégradations, ivresse et violence. Des personnes responsables de rassemblements via Facebook ont été convoquées et interrogées par la police. En effet, la loi implique que pour lancer une manifestation, un événement, les organisateurs doivent s’annoncer auprès de la mairie et demander une autorisation. Ce qui n’a pas été le cas le 12 mai à Nantes. La police met en garde contre les risques de ce genre d’apéros non surveillés et non réglementés naissant sur le réseau social. A lire entre les lignes Facebook est responsable de ce genre de débordements.

Bien que le réseau puisse être critiqué sur de nombreux points comme sa stratégie sur les données personnelles, je ne vois pas bien sa responsabilité dans l’affaire. Xavier Ronsin, procureur chargé du dossier parle d’échec collectif en se référant à l’apéro géant : « Quelle est la gloire? quel est le défi de réussir à se saouler ensemble, est-ce que l’exploit la prochaine fois ce sera de se saouler à 11.000, à 12.000 parce que Montpellier a fait 10.000 ? » Je dois avouer que je assez suis d’accord avec lui sur ce point là , cette idée de provoquer des beuveries collectives juste pour réunir le plus monde avec des gueules de bois le lendemain me laisse vraiment perplexe. Néanmoins, il est de la responsabilité de chacun de son comportement en état d’ivresse.

Il est vrai les organisateurs auraient du s’annoncer auprès de la mairie, mais ils ne pas responsables de l’ivresse des individus. Dans cette affaire, Facebook n’est qu’un moyen de communication à grande échelle.  C’est sûr qu’avant l’existence du réseau, ce genre de beuveries n’existaient pas… N’oublions que le concept s’inspire des fameux botellones en espagne, où des jeunes se réunissent dans les parcs pour se saouler (phénomène antérieure au développement de Facebook). Lorsqu’une équipe de football gagne un match et que ses partisans partent fêter la victoire en ville, on ne dit pas que c’est la faute de l’équipe… Bien sûr, la police sait que des débordements sont prévisibles ce jour là mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une fête improvisée, non annoncée auprès de la mairie comme celle de Nantes.

Commentez, vos opinions sur le sujet m’intéressent.





Petite découverte de la semaine

14 05 2010

Alors que je surfais sur le net, je découvre ce blog hébergé sur le monde.fr :
l’actu en patates de Martin Vidberg. Si vous aimez les guignols de l’info sur canal + qui revisitent de manière satirique l’actualité, vous apprécierez ce blog.

Au menu, des planches présentant des patates illustrant des thèmes d’actualité comme la sélection de l’équipe de foot qui partira pour la coupe du monde cet été, les remarques, stratégies politiques de Sarkozy, etc. Les dessins sont drôles et piquants. Dans mes préférés : l’affiche pour se protéger contre la grippe A. Martin se moque de la publicité des mesures pour bien se laver les mains et éviter toute contamination et propagation des microbes. On peut y observer les limites de ces mesures : savon liquide, utiliser serviette papier, fermer le robinet avec une serviette, ne serrer la main de personne ( est ce que toutes ces mesures sont vraiment applicables, viables sur le long terme et vraiment efficaces?!). Dernier poste en date: 13 mai 2010 sur le respect de l’autorité à l’école. Martin nous montre les incohérences contemporaines dans les rapports élèves / professeurs : un professeur n’est pas un ami mais une personne d’autorité, une distance est nécessaire pourtant dans le monde virtuel ( ici Facebook) il n’y a plus de barrières, tout le monde peut être l’ami de n’importe qui.

Donc si vous voulez en peu rigoler de l’actualité, allez découvrir les patates de Martin.